De Tunisie et d'ailleurs               

   

 


 

Accueil

 

Tunisie de nos parents

Photos anciennes de Tunisie

Art berbère en Tunisie

Le village berbère de Takrouna

Des plantes de Tunisie

Surprise animale

Au gré des pistes, Tunisie du sud

 

La Ghriba

Portraits

 

Architecture jerbienne

 

Archéologie

Artisanat tunisien

Au musée du Bardo

 

Deux époques

 

Balade sur le jbel Ishkeul

Sidi Jmour, à Jerba

Pêche au corail à Tabarka

 

Autour d'une photo

 

 

A Bordeaux

 

Les voyages de Rosalie

Terezin, un camp nazi

 

Des livres

Forum

 

Un livre d'or

D'autres sites à voir

 

Aïn Draham

403 du Roumi dans la neige

Délégation ?

Lorsqu'on arrivait par la route de Jendouba

Le haut du village

la rue principale

Chemin menant aux casernes

Chalets de bois au pied du jbel fersig

Trois aspects de la forêt de chênes liège

Femmes de Kroumirie

Maison Abbate

arrière d'une maison du haut de la rue principale

Maison du receveur de la poste au pied du jbel Fersig

Boucher au souk

Chantier de chômage : construction d'une école où l'on employait des chômeurs afin de leur assurer un petit revenu.

Couturier au souk avec sa Singer

Monsieur abbate dépeçant une patte de sanglier pour en faire un porte manteau, dans les années 60.

Toits de diss, cette graminée abondante dans les montagnes de Kroumirie.

Gourbis de bruyères et de diss sur la pente du jbel fersig. Beaucoup de réfugiés algériens vivaient dans ces gourbis.

Chênes liège dans la neige.

Le bâtiment du marché.

Chênes liège dans la neige

Un mot à propos de Monsieur Abbate, personnage important d'Aïn Draham dans les années 60 : Il était né avec le 20ième siècle à Aïn Draham de parents immigrants italiens.  Il y était resté après l'indépendance. Sur sa carte de visite, il inscrivait :" propriétaire" car il vivait des loyers que lui payaient ses locataires des divers immeubles qu'il possédait là. Il s'était fait une spécialité dans la naturalisation des pattes de sangliers pour en faire des porte manteaux et des têtes de sangliers qu'il vendait aux chasseurs et aux touristes après les avoir montées sur de belles planches de chêne vernies. Il travaillait souvent sur commande. Sur la photo de cette galerie, il est en train de dépecer une patte de sanglier au dessus d'une caisse de thé qui lui sert d'établi.

 Fortin situé au sommet du jbel Fersig, à Aïn Draham, photo de Lucien.

Bulla Regia, non loin d'Aïn Draham et de Jendouba

dans les ruines romaines de Bulla Regia, avant qu'elles ne soient aménagées pour recevoir de nombreux visiteurs.

Fragments de mosaïques en sous sol.

"Chantier de chômage" dans la région d'Aïn Draham.

Les nombreux chômeurs étaient employés par l'état, moyennant de faibles rémunérations, pour aménager les routes, les pistes,planter des arbres, ou, comme ici, construire une école.

Réunion au collège d'Aïn Draham pour une conférence sur la " mzia" et la "horma", en 1961